Alerte canicule niveau 3

Agenda

Les prochaines manifestations à Clérey à ne pas manquer

Voir

Annonces de villages

Le Cléricien

Consultez et téléchargez le dernier Cléricien

Voir

< Retour accueil < Retour histoire

Eglise de Clérey

L'église, patrimoine du XIIème et XIIIème siècle

Notre église est sous le vocable de St Pierre es Liens et a la forme d'un vaisseau de style ogival de la fin du XIIe siècle.
En entrant dans l'église, à droite, est un escalier en menuiserie conduisant aux combles et à gauche dans l'angle de la nef, un autel en pierre assez récent, dédié à Notre Dame de la Salette représentée avec ses deux petits paysans. C'est en 1868 que cette statue fut inaugurée et bénie par le R.P.Tavemon. Plus grande que nature, elle est l'oeuvre de Léon Moynet créateur de la sainterie de Vendeuvre. Elle a été offerte par l'Abbé Moury. D'abord posée là où il y a maintenant St Vincent, elle est placée en 1876 sur son autel actuel qui est béni solennellement le 24 septembre 1876. Cet autel a été érigé selon les voeux de Marie Moury, nièce de l'Abbé Mouiy et réalisée par Alfred Moniot, sculpteur à Troyes. Une cuve baptismale de marbre noir, qui était jadis vers la Chapelle St Nicolas a été placée à côté de cet autel.

La nef

Toute la nef paraît dater de la première construction de l'église, c'est-à-dire dès la 1ère moitié du XIIe siècle. Elle est plafonnée de voliges en châtaignier. Elle s'éclaire des deux côtés par quatre fenêtres, et, dans l'intervalle de ces ouvertures, différentes statues de Saints sont présentées. Ce sont, en partant de l'entrée de l'église, sur la droite : St Jean Baptiste, St Pierre les mains gantées, tenant une clé, St Vincent - en plâtre -, Joseph et l'enfant Jésus.
Sur la gauche : St Sébastien, St Jacques le Majeur, statue exécutée par la même main, dans la même inspiration artistique que celle de St Pierre, un Christ en croix de l'école de François Gentil et enfin une statue de Jeanne d'Arc.
La nef étant plus large que le choeur, avec lequel elle fait jonction, il en résulte deux encoignures occupées par deux autels disposés dans les angles. Celui de droite est consacré à la Vierge Marie, celui de gauche à St Nicolas. Les deux sont ornés de leur Saint patron, sculptures en bois exécutées par M. Valtat, sculpteur à Troyes, dans le style gothique moderne. Devant St Nicolas : une petite statue de St Antoine de Padoue et à coté de l'autel de la Vierge : une statue du Sacré Coeur. Ces deux autels ont été reconstruits en 1858 suite à leur vétusté.
Le Chemin de Croix a été érigé et béni le 3 janvier 1858 à la demande de l'Abbé Moury avec l'accord de l'Evêque de Troyes.

Le choeur

La première travée du choeur est celle qui forme la base de la tour. Dans la voûte à nervure simple, on remarque une trouée pratiquée dans son épaisseur, destinée à la montée des cloches. Dans le beffroi sont suspendues trois cloches dont deux fondues en 1882 nommées Delphine et Antoinette Charlotte et une troisième, plus ancienne de 1788 nommée Marie.
Sur la droite, contre le pilier d'angle du choeur et de la nef s'élève la chaire à prêcher dont le garde corps est décoré de panneaux représentant la Foi, l'Espérance et la Charité. Les piliers de cette travée ont été repris au XVIIe siècle mais on a conservé l'arc doubleau qui date du XIIe siècle. La seconde travée accuse le plus beau style de l'architecture française au XlIIe siècle. Les nervures de la voûte reposent sur des corbeaux à têtes humaines d'un joli caractère. Les colonnes étaient couvertes d'inscriptions, très peu lisibles aujourd'hui mais qui indiquaient les fondateurs de cette église. A la voûte séparant le choeur du sanctuaire, on lit le millésime 1004 peint en noir ce qui voudrait dire que la nef et la tour dateraient de cette époque. Quant à la construction du coeur et du sanctuaire, nous pouvons la faire remonter à la période gothique de 1230 /1240 époque de l'apogée de l'architecture française.

La Chapelle du Rosaire

De la seconde travée du choeur, on passe dans la Chapelle dite du Rosaire . Une grande arcade du Xlle siècle en forme l'entrée. Sur le mur de cette arcade une inscription peinte rappelle que cette chapelle a été construite en 1588 en l'honneur du Christ et de Marie sa mère. Une deuxième inscription sur marbre noir, entourée d'un blason, nous apprend que c'est grâce à la générosité des confrères du Rosaire et à ses propres frais que François Patris, curé de Clérey, mit la dernière main à cette construction en l'an de Grâce 1634. L'autel de la Chapelle de la Vierge ou du Rosaire est en bois sculpté de M. Valtat dans le style gothique du XIIIe siècle. La table d'autel repose sur des colonnes isolées à chapiteaux feuillagés. Les panneaux du tombeau sont décorés d'une croix et de palmettes. Sur les gradins de l'autel s'élève un beau retable en bois sculpté.(oeuvre flamande) Il se compose de bas reliefs dans des cavités cintrées. Le sujet central représente la Nativité, celui de droite la Circoncision et celui de gauche la Présentation au Temple. Ces trois tableaux sont couronnés de riches en-fenestrages gothiques de la fin du XVe siècle. Le bas relief du milieu, plus élevé, est omé de la même manière, mais avec plus de richesse. Au- dessus de la crèche les Rois mages tenant la bride de leurs chevaux descendent de la montagne, suivent et contournent le chemin pierreux qui doit les conduire dans l'étable de Bethléem. Ce retable a été surmonté d'un christ en bois sculpté avec une frise chargée d'ornements courants. Le plafond de cette Chapelle est entièrement peint. Le centre est occupé par la Vision de St Dominique. Dans les angles sont représentés les quatre évangélistes et dans les écoinçons : des anges sur des nuages tiennent des rosaires et des bouquets de roses.

Le sanctuaire

Le maître autel est une oeuvre de sculpture en bois de style gothique conventionnel. Le tombeau de l'autel est une succession d'arcatures avec figures en demi-relief représentant St Pierre dans sa prison délivré par un ange et le même apôtre ressuscitant un jeune romain. Le tabernacle présente au-dessus de sa porte deux anges portant un saint ciboire et sur les panneaux du retable sont sculptés les quatre évangélistes : St Jean et son Aigle, St Marc et son Lion, St Luc et son Boeuf et St Mathieu et l'homme ailé (symbole de la généalogie du Christ). A droite de l'autel : une petite piscine trilobée. Plusieurs statuettes de Saints servent de motifs décoratifs à ce sanctuaire : St Denis, St Antoine d'Egypte à gauche et à droite la Sainte Vierge et Ste Savine. On y trouve aussi les statues de Notre Dame de Lourdes et de Ste Thérèse de Lisieux. Le chevet de l'église s'éclaire de trois fenêtres. Sur celle du milieu, la plus élevée, se détache la figure de St Pierre. Sur la fenêtre à gauche, une peinture sur verre nous montre St Anne instruisant la Vierge.